• Coupure hivernale : comment la faire ?

    On approche tout doucement de la fin de saison et on prépare déjà la suivante :

    Quelle idée ! Il est déjà l’heure de planifier la saison suivante, préparer son planning d’entrainement mais que faire cet hiver ?

    Est-ce que je m’arrête de rouler et combien de temps ?

    On parle donc de coupure hivernale pendant le cycle d’entrainement annuel :

    Qu’est-ce que c’est ?

    Faut-il couper complètement :

    Voici quelques conseils pour la faire.

    Faire ou ne pas faire de coupure hivernale,

    « That is the question »

    Et si je la fais combien de temps faut-il couper ?

     La coupure hivernale fait partie intégrante du cycle annuel de l’entraînement …Ne pas la prendre en compte ou ne jamais couper serait une erreur selon moi.

    Qu’est-ce que la coupure hivernale ?

    C’est le seul moyen en fait que vous avez de vous régénérer et de permettre à l’organisme de se recharger après une saison éprouvante…

    On parle aussi bien de fatigue physique de l’organisme que du mental : quand vous sortez de plusieurs mois de travail harassant pour permettre à votre organisme de progresser au travers des différents cycles que vous avez mis en place pour atteindre vos objectifs, en général vous êtes mort à tous points de vue.

     La coupure hivernale idéale est à la fois physique et mentale !

     La coupure hivernale est nécessaire à la fois d’un point de vue physiologique pour se régénérer physiquement mais aussi et surtout un point de vue mental.

    La durée de la coupure hivernale idéale serait de 10 à 15 jours maximum ?!

     Pourquoi si courte ?

    Si vous coupez complètement le vélo, vous allez redémarrer la saison suivante à 0 ou peut-être pas à 0 si vous avez des vécus mais vous serez forcément à un niveau inférieur à celui d’avant la coupure…

     En très peu de temps on perd le bénéfice des progrès accompli : dès une dizaine de jours d’arrêt total, les études démontrent que les capacités physiques du cycliste sont déjà en régression …

    Vous pouvez couper le vélo complètement quelques jours mais pas plus de 10 jours pour les coureurs qui cherchent à garder leur niveau et progresser dans le cadre d’un plan pluri-annuel !

     Au-delà de 10 jours, vous commencez à perdre toute l’intensité et tout ce que vous avez eu tant de mal à gagner en termes de performances physiques sur le vélo.

    Pour un cyclo lambda, on peut couper 1 mois par exemple, c’est moins grave que pour le compétiteur. En pleine période de Tempête en Novembre, ou si vous êtes en Montagne avec la neige, pas possible de rouler concrètement, faites autre chose comme du VTT ou du ski de fond.

    Selon le niveau que vous avez, vous reviendrez toujours plus ou moins rapidement mais sachez que vous perdrez, plus vous coupez, plus vous perdez… Vous devrez forcement adapter votre préparation pour revenir au même niveau puisque vous repartez de plus loin physiquement.

     Et plus vous aurez perdu, en cyclo notamment, moins vous aurez envie de reprendre !

     Pour moi ça m’arrive de couper par exemple 10 jours un weekend ou deux grands maximums ou je roule pas du tout. Un WE ou je fais complètement autre chose : pêche, jardinage, je joue au bûcheron dans mon jardin : l’objectif est de se reposer l’organisme et l’esprit.

     Et dès que je fais ça, je me sens d’une part détachée du vélo :  ça fait du bien de ne plus avoir la pression d’aller rouler pour atteindre son objectif et suivre absolument le planning d’entrainement.

    D’autre part, juste après : je ressens cette espèce d’état de manque qui me fait dire à ma chérie “purée faut que j’aille rouler, je ne me sens pas bien, j’en ai besoin “

     L’approche de la coupure hivernale est aussi le moment de prendre un peu de recul et l’heure de faire un premier bilan de la saison.